Le connard mouton est un animal à poil haineux


Les écrits qui n'aiment pas les fucktionnaires, les haineministrations, les salauds, les moutons et les cons

Ze blog Non connecté.e

Rachida

Rédigé par Marc Alombre Aucun commentaire
Les aventures d'Anne-Sophie du Fumay de Pubhys -1

Onze heures. Anne-Sophie du Fumay de Pubhys a un mal de crâne effroyable. La tête dans le cul format Île de Pâques. Jamais elle n'aurait dû accepter cette soirée au bar irlandais du rez-de-chaussée. Une soirée poésie, pensez-donc. Pour tout poète professionnel, il n'y avait que des cadrillons en mal de reconnaissance sur le point de péter un câble. Alors, le pur malt et la stout coulent à flots. Entre deux déclamations arrosées l'ennui te gagne. Seule dans son duplex de 150 m² de la rue de l'Université, Anne-Soph a du vague à l'âme. Et ce n'est pas la proximité de la Chambre des députés qui lui remonte le moral. Cet appart c'est un héritage. Un vieil oncle qui a fait fortune en Colombie. Jamais compris les activités du tonton. Elle est toujours prête à accepter toutes les invitations. À trente balais passés, elle n'a jamais réussi à se fixer avec quelqu'un. Tous ses bouts d'essai avec des mecs de tous horizons se sont soldés par un échec. Non pas qu'elle soit difficile. Au début c'est toujours agréable, charmant, plaisant, léger. Mais elle fait vite le tour, peut-être un peu trop rapidement. Pas foutue de se rappeler si elle a passé la nuit accompagnée. Ses seins sensibles, presque douloureux, laissent pourtant présumer une éventuelle compagnie masculine. Le miroir lui renvoie une tronche de Jeanne Moreau un lendemain de biture. Son regard se pose sur le lit. Le plumard en chantier indique des ébats enflammés. Bah, au diable, qu'ils aillent tous au diable ! En attendant, il va falloir calmer cette gueule de bois. Pas question de prendre un paracétamol ; son foie ne le supporterait pas. Descendre au bar et s'en jeter un petit, histoire de relancer le système hépatique.

L'atmosphère feutrée du Brian O'Gogheno la réconforte. Assise dans son fauteuil club, elle a envie d'un Paddy, puis se décide pour un Lagavulin on the rocks. Parmi les skys bien tourbés c'est son préféré. Brian écarquille les yeux mais comprend vite que les glaçons sont là pour assouvir un besoin d'hydratation et ne fait aucune réflexion. Un mec accoudé au bar la regarde et sourit. Elle fronce les sourcils indiquant un « On s'connait ?» Elle détaille le charmeur. Fraîche coupe de cheveux, fringues anglaises de bon goût, chaussures Church cirées laissant apparaître des chevilles habillées d'une paire de Burlington fuschia. Original celui-là ! Et beau mec aussi. Elle sourit à son tour. Le séduisant prédateur s'approche de sa table, pinte de Guiness à la main.

— Vous permettez ?
— Je vous en prie, prenez place…
— C'était une bonne soirée !
— Je vous demande pardon ?
— Houlala, un peu trop de whisky on dirait ! Qu'il laisse tomber avec un sourire mi-moqueur mi-gourmand.
— Ah, c'est avec vous que j'ai passé la nuit ?
— Oui, Anne-Sophie…
— Et vous vous appelez ?
— Tu ne te le rappelles pas ? Pourtant, cette nuit tu n'as pas cessé de crier « Oooh Aziz ! » Tu m'en vois désappointé...

Quel rêve à la con ! Plus abuser du chichon avec les potes dans les caves de la cité. Rachida s'habille à la hâte et part prendre son poste de chef-caissière au Shopishopa.

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot zsyorv ?

Fil RSS des commentaires de cet article