Le connard mouton est un animal à poil haineux


Les écrits qui n'aiment pas les fucktionnaires, les haineministrations, les salauds, les moutons et les cons

Ze blog Non connecté.e

Bleu blanc flouze

Rédigé par Marc Alombre Aucun commentaire
Les aventures d'Anne-Sophie du Fumay de Pubhys -2

Il fait chaud ce soir. Dimanche. Un soir de possible liesse populaire. La finale de foot. La coupe du monde. Vous m'en direz tant ! Pour certains c'est déjà la teuf. Chips, pastagas et pizzas vont bon train. La kro aussi. Le tango des uberfood, la valse des scooters, le pogo des vélos et autres pauvres livreurs autoentrepreneurs ayant succombé aux sirènes de la macronitude. Toujours pas de livreurs rock'n'roll sur le marché. En Harley. Cuirés, avec en prime une main sur la gueule si t'es pas jouasse.

Depuis le début des hostilités médiatiques Maurice a repeint l'appart en bleu. Un bleu sans nuance. Il a fini par se décider pour cette couleur en promo chez Castoramoche. Dix bidons de cinq litres pour le prix de trois. Une affaire ! Sa meuf est furax. Et le con n'est jamais avare, dès lors qu'on lui dit que c'est maintenant ou jamais. Un bleu, disons... genre bleu-blanc-rouge. Tu vois le tableau ! Anne-Sophie -donc sa meuf- se disait depuis longtemps qu'elle n'aurait jamais dû se faire engrosser par une telle tête de con. Elle aurait probablement préféré celle de son copain de lycée que tout le monde appelait « le baron ». Bah, le mec n'était pas un noblaion. Tout juste un gus qui se la pétait parce que son père était « bien placé » et avait de l'entregent. Des relations assez miteuses mais « classes » dans un bled de province. Les notables de Montrou. Waouh ! Le papa dînait avec le maire et connaissait tout le gratin local. Le patron de « La Pépite » -le casino local-, le boss du Crédit Apicole, et autre petits intervenants dans ce joyeux business au fin fond d'un trou de cul de la République Fromagière. « Le baron » l'avait amenée dans la villa familiale. Le sous-sol était l'espace-bureau du pater. C'est là qu'il avait cherché à la sauter. Sur le sofa réservé aux invitées de papa. Anne-Soph n'est pas comme ça, non ! Elle veut goûter avant. Elle ne connaît pas encore le père. Toujours avoir à faire à dieu plutôt qu'à ses apôtres. C'est par l'origine qu'on peut avoir le goût. Enfin, elle se comprend ! Le père du « baron » est un homme séduisant. Tempes grisonnantes, sourire aimable, très élégamment vêtu. Cracking ! Flash ! Love ! Enfin… « Le baron » fait les présentations. Le sourire charmant du dab ne la laisse pas indifférente. Elle fait sa timide. Papa « baron » ambiance illico la situ. Il demande au fiston d'aller faire quelques courses du genre cigares. Chez le buraliste du coin qui est aussi un copain de la smala. Le bureau de tabac juste à côté de la gare. Le fiston parti, le dab ressemble à un distributeur de billets. Pas folle la guêpe ! Elle place son smartphone au bon endroit. Elle débraguette calmement l'ancêtre. Sort le machin et l'entreprend. Le papi hormis quelques vocalisations inhérentes à la situation et quelques mouvements de bassin finit par envoyer son recommandé. Dignement elle se relève et lâche un « Merci monsieur. C'était un plaisir. Mais maintenant il va falloir cracher. Tu vois ce que je veux dire, connard ?  Je t'ai filmé et je n'ai que 17 ans ». Il sait qu'elle a passé la trentaine, même si elle est bien conservée, lookée comme une gamine, fringuée par Tatisunic. On n'apprend pas au vieux singe les jeux de faciès. Le daddy ne perd pas son cool. Il la regarde et sourit. Il n'était pas certain que son fils manque de goût à ce point. Maintenant signifier au gamin que les copines qu'il amène à la maison doivent dorénavant passer par son bureau. Pour cette dernière, il accordera un 50€. Pas plus. Et pour chacune d'entre elles, il mettra le même montant sur le livret A du gamin. Il faut être prévoyant. C'est comme cela que la chair de son jus deviendra un homme. En endurant des situations difficiles. Faire fi de son ego. Courber l'échine. Se laisser dominer. Le pouvoir ne tient pas à grand-chose. Pour noyer son chagrin, Rachida se sert un énième blue lagoon.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot wesf ?

Fil RSS des commentaires de cet article