Le connard mouton est un animal à poil haineux


Les écrits qui n'aiment pas les fucktionnaires, les haineministrations, les salauds, les moutons et les cons

Ze blog Non connecté.e

Si si...

Rédigé par Marc Alombre Aucun commentaire
La citoyenneté, parlons-en. Alors que j'étais cadrillon de multinationale...

La citoyenneté, parlons-en. Alors que j'étais cadrillon de multinationale, je me sentais très impliqué. Dans la société. Non, pas la boîte qui me payait grassement. L'autre. La société civile et autres conneries. Normal, j'étais de gauche. Heu, non, de gôche. J'étais solidaire de toutes les causes étiquetées « de gauche ». L'air d'un con camarade ! À cette époque, malgré mes salaires confortables et presque ministériels, j'étais abonné à Charlie. Je cotisais à la fédération anarchiste. Si si. Vous ne rêvez pas. Je suis (j'étais) un cadre d'entreprise de gôche, à l'écoute de ses équipes. Toujours à l'écoute. Parce que si tu n'écoutes pas, que tu n'entends pas les cris, il faut changer d'attitude et donc de poste. Ou d'entreprise. Ou de métier… si tu en as un. Tous les ans je versais mon obole aux Restos. Dans la limite que me le permettaient les services fiscaux pour les allègements. Si si. La bonne conscience. Je n'ai hélas pas eu le temps de m'offrir une baraque ou une résidence secondaire. Trop perdu que j'étais dans mon taf. Lorsque j'ai été confronté à une vague de licenciements, pardon, un plan social, pardon, heu… « on va les aider, hein ? »; suite aux tractations avec les syndicats. Tu te dis que la mise en place d'une cellule psychologique sera nécessaire. Comme lors d'un attentat. Te marre pas. On te demande de virer 500 « connards ». C'est la direction générale qui emploie (rire) ce terme. Si si. Dans un premier temps, c'est toi qui a besoin d'un soutien psy. Alors tu vas voir ton toubib. Depuis le temps, c'est devenu un pote ton généraliste. Quelques soirs, tu fais une bouffe et avec lui tu rigoles. Là, tu peux faire l'impasse sur tes gamma GT, taux de HDL/LDL et autres mesures de ton système. Lui aussi d'ailleurs n'en a rien à carrer. D'autres fois, les après-midis de relâche, tu vas faire un golf. Si si. Tu y rencontres le DRH de ta boîte (si si), le boss de l'entreprise concurrente qui vient de se faire coter en Bourse et qui a des vues sur l'activité de la tienne (si si), un gus qui parle angliche, avec les caddies et la bagnole électrique et une clique de blaireaux (des 'esclaves' à sa solde) qui veut « causer » avec toi. Si si. Parce que l'air de rien, en tant que cadre d'entreprise, tu es forcément au courant des projets en cours. Surtout lorsqu'il s'agit d'un service de R&D. Là, le mec te fait une propal : « votre salaire facteur deux, ça vous tente ? ». C'est brutal. Le mec ne cherche pas à négocier ou à avoir des infos. Il les a déjà les infos. D'où, comment ? Ne pas poser de questions inutiles. Il lui en manque juste quelques-unes. Il a besoin d'un faire-valoir. Il va ensuite proposer (si tu signes !), le business à d'autres entités. Total bingo en quelques minutes de négociation. Tu connais cet état d'esprit. C'est du business. Ta décision c'est NOW ou jamais ! La rouge ou la bleue. Si tu choisis la mauvaise couleur, tu sais ce qui t'attend.

À la fin du 18 trous, tu passes sous la douche. Une bonne giclée de ChèreMesse pour te parfumer la couenne. Arrivé chez toi, un plateau de sushis accompagnera ton intégrale de la belle Romy. Si si...

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot lnubiz ?

Fil RSS des commentaires de cet article