Le connard mouton est un animal à poil haineux


Les écrits qui n'aiment pas les fucktionnaires, les haineministrations, les salauds, les moutons et les cons

Ze blog Non connecté.e

Raymonde veut voter

Rédigé par Marc Alombre Aucun commentaire
Pour ce faire, elle écoute la dernière allocution télévisée d'Emmanuel Marron.

Raymonde met la dernière touche à son bourguignon. La boutanche de Mouton Cadet y passe largement pour le dernier mijotage. Un coup d’œil à la fenêtre. Il neige. Pas question aujourd’hui d’aller refaire le monde au bistrot du coin avec les maquignons du quartier. Dans sa loge pourtant exiguë, Raymonde dispose d’une chaîne stéréo haut de gamme.

De celles qui coûtaient un sein – ou un bras ou bien encore une burne, selon les goûts - dans les années 80 : platine Bang & Olufsen à bras tangentiel, ampli McIntosh, enceintes Jean-Marie Raynaud. Le top du top, le dessus du panier, de l’huile pour les écoutilles, du tango pour les argentins, des taxes pour les impôts, de l’engrais pour les myosotis, de la crème pour les portugaises. Dans son placard en chêne massif, Raymonde possède une quantité impressionnante de vinyls. Elle tire un coffret au hasard, en sort un premier disque qu’elle essuie de son avant- bras non épilé – en fait non rasé car Raymonde ne fréquente pas les instituts de beauté ; pour elle, les tickets de métro ne servent qu’à voyager en règle - pose le disque sur la platine ainsi que le bras de lecture délicatement façon Raymonde. La galette se met à hurler de douleur : scraaatch... Pour un peu Raymonde ferait bonne figure avec les rappers de cité.

Elle se sert un doigt à la verticale de single malt et se carre dans son fauteuil chippendale au cuir brun complètement élimé. Tout en sirotant son sky, Raymonde Point-Barre se délecte de l’écoute de son opéra préféré : La Pute en Chantier. La voilà maintenant détendue et fin prête pour l’allocution du Président Emmanuel Marron, le bien nommé. Tout le monde attend son discours sur les dernières avancées de la science sur la bien ou mal nommée pandémie qui assaille la population mondiale mais surtout européenne... Moins d’une quinzaine après la mise à l’index par la Deuxième Chambre législative (ben voui, la République Fromagière est bicamériste), le Président des fromagières et fromagiers va causer dans l’poste :

« Mes ami.e.s, mes sœur.e.s ainsi que mes frèr.e.s, cher.e.s compatriot.e.s, l’heure est grave. Plus grave encore qu’avant lorsque je vous baratinais en disant que c’était la guerre. Mes ami.e.s, mes sœur.e.s ainsi que mes « Mes ami.e.s, mes sœur.e.s ainsi que mes frèr.e.s, cher.e.s compatriot.e.s, l’heure est grave. Plus grave encore qu’avant lorsque je vous baratinais en disant que c’était la guerre. Mes ami.e.s, mes sœur.e.s ainsi que mes frèr.e.s, c’est encore plus grave que le grave de chez ; et ce ne sont pas des carabistouilles ou autres billevesées ! Le virus avance. Il veut notre mort, [la vôtre surtout]. Aussi, j’en appelle au Peuple, à tout.e.s mes ami.e.s, mes sœur.e.s ainsi que mes frèr.e.s, mes compatriot.e.s à se mobiliser et à faire barrage à l’engeance qui est à nos portes. N’y voyez aucune allusion partisane. Vous devez considérer cette sombre peste, brune... comme toutes les manipulations qui ont été tentées afin de détruire notre démocratie dont je suis le garant, moi Emmanuel Marron Président de tou.t.e.s les Fromagières et Fromagiers.

Je fais appel à votre conscience, à votre détermination, à votre civisme, [à votre bêtise en fait], à votre patriotisme pour tout mettre en œuvre selon les moyens de chacun.e, à combattre, tuer ce qui entrave nos libertés. N’y voyez aucune manœuvre politicienne de ma part, je travaille pour le bien de tou.t.e.s [le larfeuille de mes potes et le mien en particulier]. Aussi, je me suis vu contraint - fort que je suis de la popularité qui est la mienne - de faire pression sur l’Assemblée afin de faire proroger le pass sanitaire jusqu’au début des congés d’été – au demeurant fort mérités – de nos compatriot.e.s, mes ami.e.s, mes sœur.e.s ,mes frèr.e.s, etc. Je ne suis pas sans vous rappeler que nous avons rendez-vous au mois de mai prochain avec les urnes.
J’appelle chacun.e d’entre vous à se responsabiliser.
J’appelle chacun.e d’entre vous à faire pression sur son entourage.
J’appelle chacun.e d’entre vous à se faire vacciner.

À défaut de ce pass sanitaire qui est en fait vaccinal car il ne protège de rien, vous ne pourrez pas aller voter contre moi. Je mets dès à présent en place avec les préfets de toutes les régions un protocole sanitaire dans ce but de protection de la population.

Vive la République Fromagière, vive Moi. »

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot ancbfo ?

Fil RSS des commentaires de cet article